Grimpant à mains nues

    Grimpant à mains nues    
au mur lisse    
les cordes raidies par la démesure    
le son grave du piano    
risquait quelques pas de géant    
sur la lande des attentes.        
 
    S'engagea la puissante bête    
crocs ourlés de babouines épaisses    
dans l'allée aux feuilles bruissantes    
entre les hêtres tortillards    
sans que l'appel soit entendu    
vers la fontaine au loup.        
 
    A contre-jour    
le soleil en auréole    
autour de son chef    
le prince    
dans un nuage de poussière    
menait grand train.        
 
    Les longs doigts de l'étrange  
sur les touches noires et blanches    
martelèrent le doux son    
d'un au-revoir    
à minima    
en respect du toucher d'un silence.        
 
 
590

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.