Ficelle rebelle

 
 
 Ficelle rebelle    
 sans se soucier d'elle    
 en vertes oraisons    
 d'un cresson découvert    
 en suivant le ruisseau    
 de nos os décousus    
 devant l'appel fidèle    
 de nos pensées    
 en libre accès    
 sans chanter le givre    
 des rebelles effractions    
 d'un matin s'étiolant    
 au son métallique    
 des anses de la marmite.        
  
  
 715
   

Tendre la main

 
 
 Tendre la main    
 un matin    
 au frais horizon    
 des montées de sève    
 qu'il fallait quérir    
 en plein nord    
 à la frisure du givre    
 alors que fumait    
 les enveloppes de nos désirs    
 de papier-cadeau enveloppés    
 sans savoir où aller    
 hormis la main conductrice     
 du lendemain.        
  
  
 714
   

Cette œuvre en fragments

 
 
 Cette œuvre en fragments    
 par la fenêtre dormante    
 aux éclats d'un soleil franc    
 j'ai parcouru les cours intérieures    
 des menus épisodes de ma vie    
 lampées de miel    
 de leurs conques marines exclues    
 il y avait là    
 le bon grain et l'ivraie    
 en sagacité feinte    
 ramasse-miettes    
 oblitéré du sceau de la mouvance    
 écueil apparent au rythme des marées    
 que le regard fige en son écume.        
  
  
 713
   

Les roses montées de l’espérance

 
 
 Se suivent en se taquinant    
 les roses montées de l'espérance    
 à la pointe de l'index    
 là où le désir légifère.        
  
 Il n'est de romance    
 que la lente coulée des laves    
 le long des bougainvilliers de l'esprit    
 ô pochade de l'enfance !        
  
 Assagi au contact de la plaie    
 l'obligé mariage    
 geignait d'avoir à être    
 alors qu'il avait déjà été.        
  
 Serment vrai de la nuit    
 en sa lune ascendante    
 l'errance invite la peur    
 sans que le hasard se mêle.        
  
 A la décoction des songes    
 au décaméron des rondeurs    
 à la hune du voilier    
 le vermillon prolonge ses coulures de sang.        
  
 Affligée d'être le rival    
 d'un courageux bravache    
 la tâche des imprécations    
 fût de solliciter l'inaccompli.        
  
 Émargez de votre âme    
 le passage des oies    
 augure du regard las    
 de la montée des foules au printemps.        
  
 Ne vous méprenez pas    
 il y aura de l'avoine à foison    
 pour que l'araire salvatrice des pèlerins    
 se prête à la malice.        
  
 Égarez-vous    
 mais sans vous méprendre    
 au bois joli des mirlitons    
 le corps en pâmoison.        
  
 Les haruspices dédiées au pourvoyeur    
 les lucanes crissèrent    
 d'un élan chamarré    
 de coques de noix dispersées.        
  
 Étrange passante    
 au gré des soûleries de printemps    
 nous pûmes rejoindre le campement    
 sérieusement atteints par la rebuffade.        
  
 Elle avait le goût des fraises sauvages    
 la roseraie de mes amours    
 et le vent qui soulevait ses tresses    
 laissait filtrer l'onde de son miroir.        
  
  
 712
   

Foyer auvergnat , pavillon numéro quatre

 

 Les femmes sont amoureuses    
 et les hommes solitaires.        
  
 Ils se volent mutuellement    
 la solitude et l'amour.        
  
 Ô la nouveauté du souffle    
 de celui qui voit    
 une étincelle solitaire    
 pénétrer dans la rainure du jour !        
  
 Il faut réapprendre    
 à frapper le silex    
 à l'aube    
 et s'opposer au flot des mots.        
  
 Seuls les mots    
 les mots aimants    
 matériels    
 vengeurs    
 redevenus silex    
 clouent leurs vibrations    
 aux volets des maisons.        
  
 Dans ma jeunesse    
 le monde était un blanc chaos    
 d'où s'élançaient des glaciers rebelles.        
  
 Aujourd'hui    
 c'est un chaos sanglant et boursouflé    
 où l'être le mieux doué    
 n'est maître que de la bouffissure.        
  
 Le train disparu    
 la gare part en riant    
 à la recherche du voyageur.        
  
 Aromates chasseurs.        
  
 Il est des cas limites    
 où retentir à l’événement    
 la délivrance de la vérité doit rester secrète    
 où nous devons souffrir pour la garder telle    
 où la nommer    
 c'est déloger la clé de voûte    
 qui précipitera au sol tout l'édifice.        
  
 Mais comment apprendre sur le tard ?    
  
 La parole écrite s'installe    
 dans l'avènement des jours comptés    
 sur une ardoise de hasard.        
  
 La parole ne témoigne pas    
 avant le fondement    
 mais répond    
 entre deux vapeurs humidifiantes.        
  
 Ma mémoire est une plaie à vif    
 où les faits passés    
 refusent d'apparaître au présent.        
  
  
 711
   

Les chevaux du désir

 
 
 Frapper du sabot contre la porte    
 mène à l'idée rebelle    
 des joutes médiévales    
 écumant d'heureuse manière  
 les stalles de suint gras    
 des chevaux au désir accoutumés.        
  
 L'odeur musquée    
 emplit les chemins de traverse    
 aux reflets irisés    
 d'une tendre attention    
 tels les yeux du crocodile    
 au dessus du bayou.        
  
 Guirlande virale    
 accrochée aux cintres de lumière    
 les moines marins    
 chantèrent à reculons    
 dans la vague replète    
 le si bémol de l'onde.        
  
 Chansons de miel    
 sur le devant du fournil    
 à califourchon sur la bête    
 il suffisait d'accompagner les Don Quichotte    
 de moulin en moulin    
 le calame à la main.         
  
 Attendue par devers l'horizon    
 la pluie vint sur le tard    
 aux mains des champignons    
 crépus et bossus    
 que la décente Angèle    
 caressait des yeux.        
  
 Menant par la bride coutumière    
 la rosée des considérations    
 au Pré Madame    
 près des gentils garçons    
 les feuilles gourmandes de sève    
 frisèrent goulûment.        
  
 Évidons la coquille    
 pour de belle engeance    
 engager la conversation    
 au filtre du crépuscule    
 à modeler la romance      
 des femmes fleurs ajourées.        
  
 Tombée puis relevée    
 la huppe à tire d'aile    
 saisit le gant    
 par devant le château    
 sous la tonnelle épaisse    
 aux mille grappes permissives.        
  
  
 710
   

L’homme à la voix rauque

 

 Petit Jean    
 dans son sac de jute    
 courrait comme un lapin    
 sans que les clapiers pâtissent.        
  
 Un soleil franc    
 par dessus le clocher    
 arguait de la fuite du temps    
 sans que le vieil homme ne graille.        
  
 Sous l'appentis    
 le linge séchait    
 les mouches bousillaient    
 sans que le chat s'éveille.        
  
 A brides abattues    
 le cabriolet frisa l'incident    
 devant les écoliers figés    
 sans que le chien n'aboie.        
  
 Au vent venu    
 les lanternes chinoises brûlèrent    
 d'une allusion l'autre    
 sans que monsieur le Maire s'en mêle.        
  
 Les traces laissées    
 sur la terre rouge    
 parurent mains de Vieille    
 sans que la cloche sonne.         
  
 Sous le portique de l'entrée    
 les enfants s'étaient arrêtés de jouer    
 un ballon finissait de rouler    
 sans que le lézard ne bouge.        
  
 Elle traversa le passage    
 à petits pas légers    
 un panier d'osier au bras    
 sans que les poules caquettent.        
  
 De l'orgeat fût servi    
 dans les grands verres en carton    
 avec force déglutition    
 sans que le rêve n'émerge.        
  
 Si ce n'est près de la combe    
 là où le chemin tourne    
 que l'homme à la voix rauque    
 se mit à rire aux éclats.        
  
  
 709
   

En tombée de nuit

 

 Du bois en tombée de nuit    
 les lutins et les loups se rencontrèrent    
 près de l'arbre généreux    
 d'un dernier orage abouti    
 équarri sèchement    
 au soir de tous les dangers    
 que les cavalcades multiples    
 éclaboussaient de terre et de lumière    
 ma solitude mon épouse absolue    
 aux formes de danaïdes éperdues    
 en assoupissement des consciences    
 alors que se condensaient     
 virevoltantes les idées noires    
 de la criminalité magmatique    
 dernière jetée de roses    
 sur le trouble des offrandes au sylvestre seigneur.        
  
 Il y avait de la sollicitude    
 à pourvoir de branlante manière    
 la barque ouvrière    
 signe de sang    
 sur le dévers récent    
 des palabres ourdies    
 devant le chêne aux neiges éternelles    
 proie aux retombées apocalyptiques    
 de quelques mots    
 accompagnant les oies cendrées    
 vers le rivage    
 d'une chambre d'enfant ouverte        
 sans que l'œil du prince intervienne    
 en caresse de mère    
 infime attention de la plume discrète    
 contre la joue de duvet    
 que le souffle amuse d'une tendre attention    
 au petit jour d'un sourire.        
  
 J'ai beau changer de place    
 la perspective toujours identique    
 prolonge ses lances guerrières    
 sur le papier avion d'Indochine    
 qu'une écriture fine ensemence de pleurs    
 aux échelles du temps arrimées    
 en attraction de cette jungle    
 où se fit saisir par la manche    
 vers le bal des maudits    
 l'enfant-soldat se détruisant    
 à vouloir donner sens à sa vie    
 bien que rangé par tranches d'âge    
 le "rouge et or" de nos prix    
 enfonçât le fer incandescent    
 dans la plaie millésimée
 des allers et retours    
 de l'immoralité à tirer leçon de toute chose.        
  
  
  
 708 

A bientôt

 
 
 A bientôt    
 pour ne plus avoir à redire    
 en faisant crédit à l'avenir.        
  
 A bientôt
 sans se retourner    
 en reconnaissant chez l'homme le sanctuaire.        
  
 A bientôt    
 les gens du monde    
 ceux que nous portons en nous.        
  
 A bientôt    
 vous les enfants du Passage    
 vers le point clair le point lumineux.        
  
 A bientôt    
 du fond de l'allée des hêtres    
 en faisant offrande d'amour.   

  A bientôt 
  pour une vraie connaissance,
  un échange, un dialogue, une réciprocité.

  A bientôt     
  cette présence    
  cette personne.        
  
  A bientôt    
  de t'entendre dire    
  "c'est moi".        
  
  

                                                                            707
   

	

La beauté insolente

 
 
 Un tas de souches    
 à la sortie du champ    
 je traîne je traîne.        
  
 Enrobé de nuages vermicelles    
 le ciel de mon enfance    
 transporte des merveilles.        
  
 Aparté sur le pas de porte    
 la rouge capeline    
 s'enroule sur elle-même.        
  
 N'en puis-je rien extraire    
 pas même les odeurs    
 miasmes surgissant des camps.        
  
 Affectueusement vôtre    
 la frise du train de papier n'est plus    
 il pleut ce soir.        
  
 Ne rajoute rien à ma peine    
 pas même un brin de muguet    
 mais fais ce qu'il te plaît.        
  
 En guise de viatique    
 une carte routière    
 pour rassurer les siens.        
  
 Un bûche tombe du ciel    
 directement dans le bûcher    
 bonne affaire pour ce soir.        
  
 De service pour une fois    
 au sortir du couvre-feu    
 nous regardâmes le ciel d'aurore.        
  
 En bas tout en bas    
 les vaches avaient à remonter la pente    
 et je tenais la queue.        
  
 C'était pareil dans les temps    
 avec de l'air frais tout autour    
 au passage du transformateur de béton.        
  
 Il y avait force guirlandes et rubans    
 au mariage de Georges et Renée    
 dans la barboteuse je faisais le cacot.        
  
 De cette sève là    
 je nais et meurs    
 plusieurs fois    
 à la porte de l'amante    
 et cette ivresse doublée de lucidité    
 donne sens et intelligence    
 sans en parler    
 pour fonder la beauté insolente.        
  
  
                                                                            706 

La présence à ce qui s'advient