Archives de catégorie : Février 2021

La rue

 
 
 D'une crème périmée    
 au fond d'un pot en carton    
 il a fait son repas    
 telle une mouche hésitante    
 sur le rebord de la fenêtre.        
  
 Le banc de bois était sale    
 un journal fera l'affaire    
 pour se poser    
 dans son manteau durci de crasse    
 sous une pluie fine.        
  
 Puis se lever chancelant    
 pour le long du trottoir    
 vaciller quelques pas    
 vers l'allée des arbres droits    
 aux feuilles dentelées.        
  
 Il est des jours     
 où le nuage épais    
 hésite à percer devant la misère    
 où nous fûmes poussé    
 dans la ruelle des morts.        
  
 De bagages, point    
 un bon K-way, point    
 des chaussures fermées, point    
 des gants de laine, point    
 un soupçon de sourire, point.        
  
 Hirsute, les cheveux ébouriffés    
 il allait de rue en rue    
 s'asseoir au pied d'un immeuble    
 entre deux merdes canines    
 en serrant son cabas noir.        
  
 Sur le bout de papier il devait voir un docteur    
 mais il avait oublié    
 et l'assistante sociale    
 itou
 un grand chat gris passait à pas feutrés.        
  
 Au soleil couchant    
 fallait trouver l'endroit    
 pour s'affaler peut-être s'allonger    
 dans le bruit incessant d'une circulation    
 qui irait en s'amenuisant.        
  
 Il connaissait le coin    
 depuis le temps qu'il errait    
 l'homme de notre époque    
 à la portée d'un regard    
 qu'on pourrait lui offrir.        
  
 Il avait un viatique    
 une peluche aux oreilles rongées    
 par le chien qui l'avait accompagné    
 quelques temps de canicule    
 et de froid polaire, successivement.        
  
  
 741 

Un avenir affamé

 
 

 A regarder derrière   
 la véranda de l'abri coutumier  
 les fleurs de mémoire piquettent    
 le chanvre des prés mouillés.          
  
 Qu'importe le temps qu'il fasse    
 les feux passent à l'orange   
 élargissement du présent  
 hors passé et futur.        
  
 Il y a de l'électricité dans l'air    
 entre les pylônes du barrage    
 qui ne prête pas à rire    
 juste à lever les poils sur les bras.        
  
 Les neurones plongent dans la chair    
 il fait froid    
 les articulations se grippent    
 la carriole grince.        
  
 A l'expir    
 conserver un peu d'air    
 permet la remontée    
 vers les pâturages d'en haut.        
  
 A trop bien fendre la bûche    
 l'éclat de bois saute sec    
 sur le sol détrempé    
 par l'orage advenu.        
  
 Il est des jours comme ça    
 où du fond de la terre    
 montent les reflets de nos entrailles    
 mitraille sèche sur la plaine rase.        
  
 Plus bas à droite    
 contre le talus    
 la pierre plate des origines s'est tu    
 sans flagornerie extrême.        
  
 Bombant du torse    
 l'orgue a crevé la voûte    
 de son barrissement épais    
 faisant lever la poussière.        
  
 Fallait sauver les apparences    
 sortir en catimini du confessionnal    
 pour défiler bannière au vent    
 sur le parvis de l'église.        
  
 Une tourterelle traverse le ciel    
 puis une deuxième    
 le couple se forme     
 sous la vêture du printemps.        
  
 Ornez de rameaux    
 l'entrée du temple    
 soyez le pain et le vin     
 d'un avenir affamé.        
  
  
 740
   

De long en large

 
 
 M'élevant de long en large    
 sur le panneau de bois    
 les clôtures de l'âme    
 avaient fière allure.        
  
 Il y poussaient des fleurs sauvages    
 à cru tels nos rires joyeux    
 pigmentant de nos instincts    
 des gouttes de sang sur la pierre blanche.        
  
 Du doigt sur la gâchette    
 en corrigeant la mire    
 la leçon héraldique    
 prenait corps contre le frêne.        
  
 Au matin    
 sur cette ardoise de hasard    
 se formaient des îles et des presqu'îles    
 à petits jets de vapeur humidifiante.        
  
 Aux tendres larmes    
 sur la joue de la repentance    
 répondaient la fièvre des cendres    
 sous les crocs de l'absence.        
  
 Caresse œdipienne    
 à la flûte traversière    
 l'élan fût grave    
 un deux trois soleil.        
  
 Mêlant ombres et lumière    
 à la proue victorieuse    
 là où la vie se gagne    
 s'engagèrent des nuits sans sommeil.        
  
 Pour le cierge émondé    
 bannir de nos instances carcérales    
 le lingot d'or    
 des ténacités événementielles.        
  
 Me vint tout contre    
 l'aspect des choses simples    
 cette pensée de fièvre :   
 que disait-on de moi ?        
  
 A la une, à la deux, à la trois    
 de nouveau le soleil    
 me permettant la fuite parfaite    
 dans les halliers de la forêt.        
  
 Histoires partagées, opinions acquises    
 nous pûmes rejoindre nos pénates    
 en cercle sous l'arbre aux palabres    
 échanger le thym et la lavande.        
  
 Il y avait là    
 tant de tendresse et de franchise    
 que chaque mot gorgé d'orgeat    
 clochetait aux pinacles de la mémoire.        
  
  
  
 739
   

Il était descendu de son perchoir

 
 
 Il était descendu de son perchoir    
 maigre et coléoptère    
 pour mener grand tapage    
 sur les planches métalliques    
 qu'on aurait dit un carillon rose    
 énumérant les heures    
 vite fait bien fait    
 question de donner soif    
 au besoin de prendre scène.        
  
 Le flamenco dura tant    
 que claquettes et castagnettes    
 écartèlent leur savoir magnétique     
 aux offres métonymiques    
 a cru et à dia     
 des yeux de femmes    
 sommées de consentir à la fureur    
 d'oculis hors de leurs orbites    
 sans que le fauve fasse grise mine.        
  
 En ce temps-là    
 on engrangeait le grain    
 à la lueur des torches       
 éraflant de leurs trémolos    
 les soupentes ouvrières aux trémies déposées    
 sans que la dague hurlante    
 ne satisfasse le poète teigneux    
 que l'affectation aux frontières    
 rendait sensible à la merci du vent.        
  
  
  
 738 

Chevauchant sa besace

 

 Chevauchant sa besace    
 emplie de troubles et de fureurs    
 l'homme des fourches caudines    
 s'est épris du jour qui point.        
  
 L'endroit est instable    
 le corridor de la mort    
 prélève à jets circonspects    
 le miel des dernières levées.        
  
 De maintenir la mâchoire inférieure    
 de la pocharde griffue    
 envenime la situation    
 hors la courbure du temps.        
  
 Ne bougez plus    
 monstre des addictions    
 soyez la continuation des grillons de l'enfance    
 abaissez d'un cran le besoin de volupté.        
  
 En vociférant le nom des délices    
 les ergots sont la souffrance    
 des murailles étanches du repli    
 prairies butinées sans fleur sans raison.        
  
 De sourires point sous cette chape    
 les mains suggèrent le col des origines    
 le soleil émiette ses secrets    
 il est temps de se lever de bonne heure.        
  
  
 737 

Une eau si douce

 

 Une eau si douce    
 à purifier le bras des assassins    
 pour que le Saint Chrême    
 crochète quelques avances.        
  
 Ainsi me mit en demeure    
 de recevoir la grâce des condamnés    
 et compter les jours    
 de ma vie de reclus.        
  
 Des bêtes passaient sous la fenêtre    
 la nuit aux murmures étoilés    
 que les chimères fendaient    
 à grands coups d'estoc.        
  
 N'y pouvant mais    
 j'appelais père et mère    
 du ventre de la terre    
 aux chevelures des arbres dénudés.        
  
 Bien m'en pris    
 d'accompagner l'équipage    
 sans se prendre dans les cordages    
 de cette assignation à l'œuvre.  

  Il y avait là   
  et le musc et la plaie
  qu'à la fourchette
  le jour élargissait à dessein.


 736
   

Je marche donc je suis

 
 
 Je marche donc je suis    
 et peu m'en faut    
 que le glas sonne    
 le retrait de nos troupes.        
  
 Ils furent braves nos soldats    
 quand l'ombre même de leurs râles    
 papillonnait devant la nuit de l'âme    
 consœur appropriée d'une nuée ardente.        
  
 L'herbe d'après la catastrophe    
 était grasse et texturée    
 tout comme une toile de Damas    
 rougie du sang des femmes.        
  
 Un pas puis un autre    
 le corps se mit à trembler    
 devant le baiser du soleil    
 tourmenté par le fripé des nuages.        
  
 Au blé des champs    
 au papillon ivre    
 j'assemble le faisceau de feu    
 pour le retour du vivant.        
  
  
 735
   

Le mot de trop

 
 
 Ne pas lever le mot de trop    
 croix de bois croix de fer    
 vont en enfer    
 les enfants du mouroir.         
  
 Éteindre à petit feu    
 les restes de la veille    
 de cendres mêlées    
 ces offrandes aux Dieux que la raison vénère.         
  
 Il n'est de pire effroi    
 que la chasse à courre    
 derrière le cerf    
 puis d'élever la croix des flammes.        
  
 Appeler le vertige et la nausée    
 quand le silence se fait complice    
 des remords à rendre l'autre coit    
 sans que le bât blesse.        
  
 Livrez le suc admirable    
 des mirabelles mes sœurs    
 où se livrer en miroir    
 aux belles nuits d'été.        
  
 De main de maître    
 naître au charbon des excavations    
 du riche pouvoir des mots gentils    
 pour faire gouzi-gouzi aux fils de l'esprit.        
  
  
 734 

La poésie c’est ça

 
  La poésie c'est dire    
 c'est rire du rien    
 c'est partir sans se retourner    
 pour que la vérité advienne.        
  
 La poésie accrochée au Levant    
 refait les gestes d'antan    
 en guettant par le trou de serrure    
 l'arrivée du printemps.        
  
 La poésie c'est attendre    
 c'est atteindre    
 c'est attenter aux bonnes mœurs    
 en soupçonnant le mal d'être de la partie.        
  
 La poésie c'est le claquement sec    
 d'une fin de partie    
 où restent après la représentation    
 les diamants purs du néant.        
  
 La poésie c'est la terre    
 et le ciel et la mer    
 quant au rythme d'une escarpolette    
 le revenez-y t'appelle.        
  
 La poésie c'est mourir un peu    
 au fond de la caverne    
 à convertir en mots    
 les aléas du dehors.        
  
 La poésie c'est vivre à bon escient    
 la chair fraîche des tempêtes    
 lorsque le livre replie ses pages    
 la mèche allumée.        
  
 La poésie c'est être hors tout    
 à vif à blanc    
 au feu de l'occasion    
 et mourir sur le flanc après la mitraille.        
  
 La poésie c'est grand et carré    
 à contresens des fleurs bleues    
 lorsque les yeux de flanelle    
 jaillissent d'un crâne éclaté.        
  
 La poésie c'est mignonnette et compagnie    
 sur le bord de la soucoupe    
 à compter les boudoirs de l'affliction    
 à cinq heures de l'après-midi.        
  
 La poésie est tueuse    
 et colérique et monstrueuse    
 pour mâter le rebelle endormi    
 aux marches de la déraison.        
  
 La poésie c'est être autre    
 au plus bas comme au plus haut    
 au coin de la rue telle l'abeille    
 à guetter le bourdon.        
  
 la poésie tripatouille    
 pour s'infiltrer dans le manchon de fourrure    
 quand sonne le béton    
 sous la santiag de l'optimiste.        
  
 La poésie pleure le divin perdu    
 pour enquêter sur ce qui demeure    
 dans la cité aux quatre vents 
 ouverte à la parole.    
                                                               
 La poésie c'est lettre molle    
 aux lèvres de l'humanité nouvelle    
 à lécher fraternellement    
 le retournement vers l'Absolu.        
  
 La poésie c'est Dieu et pas Dieu    
 sans violence sans virulence    
 toutes lances dehors    
 en gardant ses distances.        
  
 La poésie est paresseuse    
 quand passe le marchand de sable    
 allégorie des cieux intérieurs    
 au service de sa progéniture.        
  
 La poésie c'est penser    
 sans y penser    
 mais jamais s'agenouiller    
 devant la prise de pouvoir.        
  
 La poésie cette rebelle    
 tourne autour de soi    
 et détoure la figurine de l'amour    
 des miasmes de Narcisse.        
  
 La poésie manque à l'appel    
 en contournant l'auto-dérision    
 lorsque le plaisir vous hèle    
 sur un air d'accordéon.        
  
 La poésie est là    
 source d'angoisse    
 les vaisseaux brûlés    
 au port de l'astreinte.        
  
 La poésie c'est le bon père de famille    
 qui furtivement    
 de sa sacoche au verbe haut    
 fait jaillir le génie de la lampe.        
  
 La poésie c'est moi c'est toi    
 c'est ce qui heurte du chef    
 les poutres du grenier    
 en verticalité assumée.        
  
 La poésie c'est une caresse    
 sur la joue du vent    
 lors les larmes de la louve     
 appeler ses enfants.        
  
  
 733
   

Éloigné des romances

 

 Éloigné des romances    
 équarri au sceptre divin
 le carénage des vieilles autos  
 fait la nique aux icônes    
 à travers champs    
 telle flèche d'argent    
 piquée au cœur    
 que les sapeurs    
 retrouvent sous la herse du temps.        
  
 Sonnailles de tous les jours    
 orgue tenant la note sous la rosace    
 le pas des moines    
 glisse sous les arcades    
 à l'unisson du pont-levis    
 caressant de ses chaînes    
 les pierres usées du porche    
 à l'approche souffreteuse    
 d'une claudicante valetaille.        
  
 Mesurez vos approches    
 ne gardez en mémoire    
 que la main leste de l'entre-lignes    
 derrière l'étroit vitrail    
 de ces feuilles glacées    
 que le givre a scellées    
 au vent des pleurs     
 de l'enfant épelant l'alpha et l'oméga.        
  
  
 732