celle qui passait

 Celle qui passait   
de ses pas roses   
sous la glycine .
  
De son évangéliaire   
pendait la fibre marque-pages ,   
à l'auriculaire une blessure .   

Le gravier foulé   
raclait la gorge nénuphar   
de quelques gouttes de nectar .   

Prenait-elle plaisir   
à ouvrir ses papilles   
hors de nos ruches ?   

Sera-t-elle éclose ,   
cette tristesse ,   
contre la nostalgie de nos pensées ?   

De quoi s'agit-il ?   
la vie a-t-elle un sens ?   
la logique peut-elle fleurir ?
  
Vaille que vaille   
nous fûmes conviés   
à briser les barreaux de nos cages .   


277

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.