passage où tout se passe

   De sa main   
haute placée   
à la croisée des arbres   
les fils de la vierge   
menaient grand train   
et grand tapage   
de gouttelettes de rosée   
et de lumière   
au chant du coq   
que le torrent accompagnait   
de son charroi    
d'eau et de galets mêlés.   
  
Ouvrir la fenêtre   
pour que matin survienne   
mon âme   
passagère appelée   
et maintenant mienne   
sous la parure de brumes   
dais de vives couleurs levées   
que claquent les oriflammes   
du grand rassemblement   
passage où tout se passe   
et nous dépasse   
au grandir du jour qui point.   

  
520

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.