Nos visages enceints

   D'un revers de la main   
il a convoqué le signe   
apparu sur l'écorce du hêtre   
embranchement des tensions   
en poussée verticale   
alors que le frisson parle   
au cœur de l'humus foulé   
par la galoche éternelle.  

Il est des nuits de lune pleine   
à saupoudrer de fines étoiles   
le pavement des villes éternelles   
accrochant à la ramée   
la chaleur du jour dissipée   
et que rosissent les joues fraîches   
de nos visages enceints. 


444

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.