naissance de l’enfant de lumière

   A la mort des feuilles   
l'arbre retrouve son noyau   
en joyeuse compagnie tout est bois   
le corps pèse.   
  
Tel un jeune oiseau   
il est encouragé à rejoindre les terres d'en-haut   
il sautille   
il volette pour apprendre la fluidité.   
  
Déployant ses ailes toutes neuves   
au soleil couchant   
son corps lumineux s'envole   
vers les demeures familières.   

  
546

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.