le volet crisse

 Au fil tendu   
monte la verte raison.   
  
Quand passe la huppe   
reviennent les souvenirs.   
  
Le clapot du ruisseau    
reflète la note souveraine.   
  
Au plein bleu du ciel   
la découpe sommitale.     
 
Le vent frais du matin   
courbe la houppe des arbres.   
  
Deux doigts posés sur le hublot   
pour que vive la mère morte.   
  
Le mugissement rauque de l'avion   
fait se lever la noire image.   
  
Le volet crisse   
il va falloir se lever.   
  
Illustre moment que celui de la remise des prix   
quand le pas se fait lourd pour gravir l'estrade. 

    
431

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.