éloigne toi et me viens

 A l'origine ,
le contact avec les puissances de l'esprit ,
une porte béante ,
un bouche à bouche avec l'éternité .

Je conjure à sang frais
le couteau dans le ventre de mon fils ,
pharaon des orages à venir .

J'implore la grâce
en repli de l'enfant éteint ,
que claque le briquet
au sursaut d'une dernière nuit
sans bagage
avec l'infini pour ciel de traîne ,
ma vie au creux des vagues froides ,
le crêpe d'un deuil ,
sur la plaine des silences
que parcourent à petits pas 
les saintes femmes .


263

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.