tout si sensible

 Tout si sensible   
la feuille d'érable de l'automne   
rouge d'un premier regard   
chue sur le sol   
fleure bon la cigogne   
qu'un  air de fête accompagnât   
en son envol.   
Une âme paraît   
dans un bouquet d'efforts soyeux    
au soleil naissant des tendres accolades. 
 
Au chaud des cœurs    
en caresse d'être   
ponctué d'une pluie d'étoiles   
fût roulée le long de la pente   
la roue de la vie   
jusqu'au ruisseau   
des souvenances éparses   
lèvres levées roses   
vers la nef de nos yeux   
de tant d'étoiles écloses.

   
383

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.