les amants de l’oubli

   On allait en Auvergne   
cueillir les bleuets   
on allait en Auvergne   
aider les grands parents à la ferme.   
  
Notre victoire   
le train passé Neussargues   
arrivait en planèze   
au vent d'ouest exposé.   
  
Nous dansions   
au sortir des nuits bruissantes de bouleaux   
à la table frissonnions   
de fraîcheur les yeux mi-clos.     
 
Passe la voix venteuse du grenier   
par le fenestron de grossière toile colmaté   
franchir les ans   
dans les yeux de Riquette.   
  
De mauvais coups   
nous furent portés   
organistes de l'ombre   
maugréant de tant de pluie contre la vitre.   
  
D'or en épis   
de coquelicots en marguerites   
course entre les prés   
vers la grand'route de La Roussière.   
  
Se relever de la chute   
un sourire sur les lèvres   
frappe frappe   
à la porte au barou. 
    
Lourdes larmes   
les poules caquettent   
devant le siège de pierre   
la clide est bien fermée.   
  
Rangeons les cartons de Coco   
soyons droit au bord du rêve   
nous du frêne et du tilleul frères  
les amants de l'oubli.   

  
404

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.