Le cœur

 Sans attente et de concert
suave entrée en confiance
acceptation permise
et toujours nouvelle
la danse des premiers jours
de clochettes tintinnabulantes
menues menues
et pourtant si présentes
à l'orée de l'amitié
de l'avènement d'un jour qui vient
au reflet d'un jour qui va
le passage en toutes saisons
du pas à pas de la présence
à ce frisson si doux
des dernières feuilles du cerisier
prêtes à tomber
et déjà crispées
devant le coup de vent
et puis plus rien
juste le cœur
qui se contracte
et se rétracte
contre la paume chaude
de cette main familière
le papa et la maman
joints à l'occasion
de ce grand chambardement
qu'est l'abandon
au temps qui passe
laissant place au cœur qui saigne
au cœur de l'instant
prompt à s'ouvrir
devant le cœur des fleurs
devant le cœur des anges
un large sourire
sur le visage des gens qui s'aiment
leurs yeux plissés
laissant couler une larme
bras tendus
et gorge humide
les jambes flageolantes
sur un air de violoncelle
onde prolongée se diluant douce amère
dans le murmure soyeux
du monde aux fibres mêlées
liqueur veloutée
d'un cœur qui parle au cœur.


100

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.