Fissures à l’âme

 Fissures à l'âme    
 se perdent dans les tourbillons du torrent    
 la ficelle et la pierre    
 des armes de naguère.        
  
 Accrochées à quelques branches    
 les reliques du grand passage    
 qu'il fallut accompagner    
 le temps de l'acte souverain.        
  
 Affront plantigrade sur la mousse    
 d'accrocs que les fleurs vénèrent    
 de pleins et de déliés    
 faites votre graphie.        
  
 Hululement de la chouette    
 la caravane des sauniers    
 atteignit le col sans encombre    
 si ce n'est la gorge sèche.        
  
 En ces contrées minérales    
 que le vent d'antan remémore    
 plane l'esprit des chasses quotidiennes    
 à se nourrir nous prîmes pension.        
  
 S'asseoir sur la pierre    
 aux veines rugueuses    
 augure du retour de l'aigle    
 où reposer sa tête.            
  
 Viens    
 et me donne ta main    
 enfant    
 à qui je donne mon cœur.        
  
 Aux fines retouches    
 des brumes en haleine    
 je serai le marcheur sans marche    
 à filer droit sur la sente étroite.        
  
 Et qu'importe la rebelle    
 ces années en beauté    
 seront fidèles compagnes    
 du sceau du vide et de l'amour.        
  
 A fréquenter les morsures    
 de l'ordre en escadrille    
 je me dépouillerai    
 affligé de la présence pure.        
  
 Effets de lumière    
 traces effacées    
 au bord du gouffre    
 la nuit porte conseil.        
  
 Je serai rien    
 mais rien du tout    
 à contempler la lune     
 et m'astreindre à murmurer.        
  
  
                                                                            689
   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.