Je muir

  Je muir je muir   
et ne puis retenir   
les pleurs de la nuit   
les nuages en leur course   
le craquement des coquilles d'œufs   
l'essence des choses   
la couleur de l'enfance   
le miel des estampes   
le milieu entre deux excès   
l'inaccompli de la perfection   
la poigne du destin.     

Me fait vivre   
et retiens   
la générosité de la joie   
toute mesure à l'unisson   
visant l'utile   
par un effort constant   
par dedans et dehors   
être ad libitum   
le plein et le délié   
l'ambre des mers du nord   
et le corail des mers du sud
chair de nos cœurs.         


530

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.