Par pans entiers

 

 Par pans entiers    
 au soir de l'étourderie    
 prirent à partie    
 les gens de l'autre bord.        
  
 Margoulette et compagnie    
 les malappris comme les bien-pensants    
 se jetèrent sur la découpe    
 du cadavre des années surannées.        
  
 Il y avait là    
 les loisirs, les sorties, les mistigris    
 en sus de l'obligation de gagner sa croûte    
 et tous en furent ravis.        
  
 La ficelle était grossière    
 et mal leur en pris    
 de considérer la liberté à tout va    
 comme raser les barbes gratis.        
  
 De la Terre et du Ciel    
 montèrent les paroles sages de nos ancêtres    
 pour se démener à leurs faire place    
 de sièges, tabourets et strapontins.        
  
 Fallait quelque chose à faire    
 de solide, de sensible et d'audible    
 et d'aimable pour nos semblables    
 les transparents du Soleil.        
  
 Un ange passa    
 comme passe la journée des sans-abris    
 ou la pitance sous le nez du chien    
 quand dehors la fête bat son plein.        
  
 Juste du couteau de grand-père    
 cocher la planche d'appel    
 de l'offre de demain    
 cet obligé du dernier limon.        
  
 Mourir en face du mausolée    
 fût la manière de naître au futur    
 dans l'accompli d'une parole de vie    
 le Silence.        
  
  
 729 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.