Pierres à brumes

  Pierres à brumes   
vestiges des corridors hantés   
s'élèvent hors sol   
la soldatesque errante   
de nos âmes dispersées.      
 
Ici le fer fait mal   
il tue et balbutie   
la loi des immobiles   
au cortège fauve   
les étoffes se fripent.      
 
Au creux des vallons   
les brebis paissent   
passe le cavalier noir   
en son cliquetant appareil   
les yeux rougis de sang.      
 
Massacre carnassier   
les loups même s'enfuient   
par dessus la rocaille   
d'une souple cavalcade   
que le vent d'autan file.      
 
Ventres annexés   
les bras levés vers le gant d'acier   
respirent les chanvres   
en navrance lasse   
la belle émet un râle doux.      
 
Céruse espionne des désirs   
la fresque est déposée   
sous le bâti   
point de passage secret   
juste un grain de peau.     
 
 
396

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.